Menu MENU
Des vétérinaires lorrains à votre service
Le lapin
» Accueil » Vos animaux » Le lapin

Le lapin

Biologie

Lapins Longévité : 7 à 12 ans

Poids moyen : 1-2 kg pour le nain, 2-3 kg pour le nain bélier.

Alimentation : il faut y attacher une importance primordiale pour la prévention de nombreuses pathologies dans cette espèce. En effet toutes les dents du lapin sont à pousse continue (2 mm par semaine pour les incisives, 2 mm par mois pour les molaires) et donc doivent s'user sans cesse. De plus le lapin réingère ses crottes molles (caecotrophes) afin de pouvoir digérer la cellulose contenue dans les fibres végétales grâce à sa flore digestive. C'est ainsi qu'une alimentation pauvre en fourrage (foin) donc trop riche en granulés ou graines ne permet pas cette usure car ces derniers ne font pas mastiquer. D'autre part, une alimentation trop riche (type granulés ou mélange de graines) déséquilibre la flore digestive entrainant des diarrhées chroniques ou une production anormale de caecotrophes.
Ainsi les granulés ne doivent pas être donnés en continu dans la journée mais 2 fois par jour en petite quantité, le reste du temps le lapin doit seulement avoir du foin (70% de l'apport alimentaire) et de la verdure fraiche. Attention à ne pas donner trop de luzerne riche en Calcium. Enfin, le lapin a besoin de boire beaucoup plus que d'autres mammifères (environ 100 ml/kg de poids vif/jour)

Reproduction : puberté vers 6 mois, reproduction possible toute l'année, gestation de 28 à 34 jours et sevrage à 5 semaines.

L'appareil respiratoire n'est pas de grande taille proportionnellement et l'anatomie de la cavité buccale fait qu'il respire exclusivement par le nez et donc qu'en cas d'obstruction (lors de rhinite par exemple), inspirer par la bouche lui demande des efforts considérables.
Les urines du lapin peuvent prendre des colorations blanches (dû au calcium dont l'excès d'absorption est éliminé par les reins et non le tube digestif comme nous) ou orangées à rouge (porphyrine) en fonction de la prise de certains aliments ou médicaments (toujours passagé 3 à 5 jours) à ne pas confondre avec du sang.

Prophylaxie

Vaccination : contre la septicémie hémorragique du lapin due à un virus transporté dans l'air - cette maladie est souvent mortelle et n'a pas de traitement efficace et contre la myxomatose due elle aussi à un virus transmis par les insectes piqueurs (puces, moustiques, ...). La vaccination est conseillée sur les lapins sortant à l'extérieur donc susceptibles de se faire piquer. Elle se fera de préférence au printemps pour réactiver l'immunité à la période à risque.

Stérilisation :

Pathologies courantes

De la peau

Nombreux parasites sont capables de coloniser la peau des lapins: puces, cheyletielles,gales.... En prévention, il existe des antiparasitaires adaptés, faciles d'emploi et efficaces, en pipette à déposer sur le cou (forme"spot-on"); certains produits traitent et préviennent l'ensemble de ces ectoparasites.
Les teignes (champigons microscopiques) sont très fréquentes chez le lapin. Ce dernier peut être porteur sain et le transmettre à l'Homme(plaques circulaires rouges sur les parties du corps en contact avec le lapin). La pododermatite est très courante chez le lapin car à l'état naturel il repose surtout sur les doigts et non sur la plante comme il le fait à la maison où il se déplace moins et surtout sur un revêtement plus dur et agressif que la terre ou l'herbe, d'autant plus qu'il est plus lourd car trop nourri. Les facteurs prédisposants sont donc une mauvaise hygiène de la litière (humidité), l'obésité, l'inactivité donc une cage trop petite par exemple et enfin un sol irritant.

De l'appareil digestif

Origine alimentaire : une ration pauvre en fibres donc en fourrage grossier type foin est source de problèmes digestifs plus ou moins graves. Il est donc très important d'apporter une quantité journalière suffisante de foin pour limiter les risques.
Origine bactérienne : différentes bactéries et certains parasites (coccidies) sont susceptibles de donner des entérites plus ou moins graves car parfois d'évolution très rapide.

De la dentition

Elles sont très courantes et parfois très graves. Encore une fois, une mauvaise alimentation est susceptible de diminuer l'usure normale des dents, source d'abcès des mâchoires. Au niveau des incisives, une origine génétique est suspectée; elle nécessite une intervention qui consiste à extraire les incisives plutôt qu'à les couper régulièrement.

De l'appareil respiratoire

La pathologie la plus courante est le coryza dû à une bactérie qui donne une conjonctivite et une rhinite purulente. Un traitement antibiotique doit alors être instauré car la possibilité d'une atteinte pulmonaires dans un 2° temps est possible.

De l'appareil urinaire

La formation de calculs urinaires est le plus souvent due à une alimentation trop riche en énergie et en calcium avec un abreuvement insuffisant.