Menu MENU
Des vétérinaires lorrains à votre service
Le chien
» Accueil » Vos animaux » Le chien » Développement du chiot

Le chien : le développement du chiot

A la naissance, le chiot est sourd et aveugle. Ses réflexes sont limités. Il a donc tout à apprendre de sa mère et des autres chiens du groupe. Dès l'ouverture des yeux après 15 jours, le chiot s'attache à sa mère qui le nourrit et commence la phase de développement des sens : vue, audition, ... . A partir de la 3ème semaine, la période sensible apparaît, l'essentiel de ses relations avec les siens et avec l'homme se joue à ce moment. Il y a d'abord une période de socialisation qui correspond à la phase d'apprentissage des fondamentaux : le comportement exploratoire, l'inhibition de la morsure, les autocontrôles; puis il y a la période juvénile à partir du 4ème mois quand se mettent en place les codes de communications et le statut hiérarchique.

L'âge idéal d'acquisition du chiot est donc à 2 mois. Il faut vérifier qu'avant cet âge, le chiot n'ait pas été séparé de sa mère et de la fratrie. Il ne faut pas non plus attendre la fin de la période sensible pour sortir et manipuler le chiot.

Le chien à 2 mois

La propreté

Son apprentissage doit débuter dès l'arrivée du chiot dans sa nouvelle famille. La personne préférée de l'animal doit sortir le chien très régulièrement, dans des endroits calmes si possible pour ne pas le bloquer. Les sorties doivent être fréquentes et durer assez longtemps pour que le chiot s'habitue au lieu où on l'amène. Dès que le chiot s'est soulagé, il faut le récompenser par une longue caresse amicale et il faut ensuite éviter de le rentrer immédiatement pour ne pas qu'il associe agréable promenade avec obligation de faire ses besoins. Ce qu'il ne faut pas faire :


La propreté doit être acquise à 6 mois.

L'acquisition de la morsure inhibée

Le chiot n'a pas conscience que ses dents font mal quand il mord. Dès la cinquième semaine, en cas de morsure de congénères ou de sa mère, celle-ci intervient en sanctionnant violemment le mordeur et en l'immobilisant. Elle apprend à ses chiots à moduler leur préhension et à se contrôler. La morsure inhibée doit être réalisée avant 6 semaines et donc être vérifiée lors de l'adoption. Si ce n'est pas acquis, il y a un risque que le chiot soit plus agressif et difficile à éduquer. Dans ce cas, il ne faut pas favoriser les jeux de mordant et de tiraillement.

Les repères qui rassurent

Lors de l'arrivée dans sa nouvelle famille, il faut l'aider à prendre de nouveaux repères car il vient de quitter sa mère, sa fratrie et son environnement. Le laisser faire ce qu'il veut, où il veut et quand il veut ne favorise pas un bon équilibre, ce n'est pas ce que faisait sa mère, il faut donc continuer sur sa lancée. La personne adoptant doit devenir le nouvel être d'attachement pour le chiot et gagner sa confiance pour lui imposer en douceur les nouvelles règles de vie de la maison. Il faut lui apprendre les interdits et les préséances.

Le couchage

La chambre ne peut-être le lieu de couchage définitif, même si cela est possible au début. Il faut comme la mère qui repousse ses petits vers 4 mois, lui apprendre à affronter le monde des grands en lui attribuant si possible dès le départ un lieu de couchage définitif à lui.

Les repas

La hiérarchie alimentaire normale impose aux adultes dominants de manger les premiers sans être dérangés et aux plus faibles de manger ensuite rapidement. Il faut donc apprendre au chiot à manger ce qu'on lui donne à l'heure choisie, avec la possibilité de pouvoir reprendre la gamelle si nécessaire.

La circulation dans la maison

Le chiot vient habiter chez ses maîtres et non l'inverse. Il faut donc lui montrer les limites qu'il ne doit pas franchir, portes de chambres, certaines pièces... Plus les repères sont clairs, plus les limites établies sont rigides, moins il y aura de conflits ou d'oppositions entre le maître et le chien.

L'enrichissement du milieu

Le chiot se développe mieux dans un univers stimulant. Il faut donc lui faire connaître très tôt des lieux variés, des personnes différentes, des bruits divers dans la maison et dans la rue, des manipulations corporelles, des contacts sociaux variés avec ses congénères ou d'autres espèces et des modes de transport différents.

Le contact avec les humains

Il faut le retourner souvent pour l'obliger à adopter une posture de soumission et lui imposer l'immobilisation pour lui apprendre à contrôler sa motricité.

Le chien à 4 mois

Education et dressage

C'est l'âge à partir duquel, sur un chiot bien intégré dans le système familial et ayant des repères structurés et structurants, on peut commencer les séances d'obéissances afin de mettre en place des acquis concernant les ordres de bases de la vie citadine. Il faut en effet permettre au chiot d'être bien sociabilisé, d'acquérir un bon contrôle moteur, de savoir communiquer et d'être bien hiérarchisé. Les ordres de bases sont « assis », « couché », « marche au pied », la marche en laisse et le rappel. Ces ordres doivent être acquis par des exercices ludiques et réguliers.

Récompense – Punition

Les récompenses, comme les punitions comportent des règles strictes et doivent être utilisées avec cohérences. La récompense doit être instaurée en fin d'acte satisfaisant. Elle doit être réellement agréable, voire théâtrale pour être bien comprise, et enfin être systématique. La punition doit être appliquée au début de l'acte répréhensible afin de stopper le chien. Elle doit être réellement désagréable avec une posture, un ton concis strict (pas de discours), ce qui ne veut pas dire traumatisante. La punition stricte enfin ne doit pas être appliquée sans suite : après la fuite ou la soumission du chien, il faut le rappeler et si il vient, le caresser et le récompenser. On doit réorienter vers un acte positif.

L'attachement et la solitude

Le lien d'attachement avec la mère ne se poursuit pas au-delà de l'âge de 5 à 6 mois. Il est donc nécessaire de réaliser un sevrage affectif avec la personne qui possède ce lien d'attachement privilégié à la place de la mère. Il faut habituer le chiot à rester seul le plus tôt possible sans rechercher la personne d'attachement. Ce qu'il faut faire : le mettre dans sa pièce de couchage seul plusieurs fois par jour, l'envoyer se coucher dans son panier dès que le chiot devient trop insistant et le rappeler pour le caresser quand il ne demande rien. Dans les cas d'hyperattachement marqué, il faut ignorer l'animal avant de partir ainsi qu'au retour. Il ne faut surtout pas lui dire longuement au revoir et ne pas accepter la fête qu'il peut vous faire au retour.

Le chien à 6 mois

Le chiot arrive progressivement à la puberté. La propreté doit être acquise le jour et la nuit. L'animal doit avoir un bon contrôle de la motricité, un comportement exploratoire serein, des habiletés sociales développées, un attachement à toute la famille, une autonomie psychologique et un bon niveau d'obéissance.

L'insertion hiérarchique

Les rituels hiérarchiques sont fondamentaux pour le chien, qui assimile la famille à la meute, afin d'éviter les agressions hiérarchiques. Le chef de meute a des privilèges autour de l'accès à la nourriture, des contacts et du contrôle de l'espace. Il faut donc donner le repas du chien après celui de la famille, le laisser manger seul et ne pas le regarder. Il ne faut pas le laisser quémander à table. Il faut lui attribuer un lieu de couchage dans une zone à l'écart des lieux de passage (embrasure des portes, derrière les portes) et des hauteurs (canapé, lit, escaliers). Le chien ne doit pas pouvoir circuler partout dans la maison. Les contacts doivent être à l'initiative du maître: il faut l'appeler pour le caresser quand il ne demande rien et le renvoyer dans son panier si il vient demander.


Voir aussi :