Menu MENU
Des vétérinaires lorrains à votre service
» Accueil » Monde rural » Animaux de rente » Chirurgie

Les animaux de rente : la chirurgie

Chirurgie de caillette

Déplacement de caillette à gauche : la méthode la plus pratiquée est la chirurgie de caillette par laparotomie du flanc droit (méthode de Dirksen). Avant la chirurgie, le vétérinaire peut décider de rouler la vache pour faire revenir la caillette en place. Sinon, après anesthésie du flanc et ouverture de la paroi abdominale, le vétérinaire dégonfle la caillette afin de la faire revenir en place. Puis la caillette est fixée à hauteur du pylore (sortie de l'estomac) dans la plaie abdominale. Suite à la correction chirurgicale du trouble, il est indispensable de corriger les troubles métaboliques secondaires au déplacement de caillette (alcalose hypochlorémique, cétose de type I).

Déplacement de caillette à droite : le déplacement de caillette à droite est le plus souvent accompagné d'une torsion de caillette. Le transit digestif est complètement arrêté. Contrairement au déplacement de caillette à gauche, c'est une URGENCE !

Chirurgie de caillette

Ruminotomie

Pour la recherche d'un éventuel corps étranger.

Pose trocard de Buff

Il peut parfois être nécessaire de créer et de maintenir une ouverture du rumen vers l'extérieur, en particulier en cas de météorisation chronique gazeuse. Le choix se fait au cas par cas entre le trocard à demeure (dit Trocard de Buff) et la ruminostomie. Le trocard de Buff permet d'évacuer rapidement les gaz en cas de météorisation. Le vissage permet de maintenir paroi du rumen et peau plaquées l'une sur l'autre et de limiter les risques de péritonite.

Laparotomie exploratrice

Afin de poser un diagnostic, il est parfois nécessaire de réaliser une laparotomie. L'ouverture de la paroi abdominale est réalisée par le flanc droit (sur vache adulte) ou par la ligne blanche (veau), ce qui permet de visualiser la masse intestinale, la caillette et de palper les autres organes. Cette chirurgie permet de corriger les problèmes existants ou de confirmer un pronostic sombre et d'éviter d'engager trop de frais.

Laparotomie exploratrice

Chirurgie du nombril

Anatomie du nombril Rappels anatomiques :

  1. veine ombilicale ;
  2. artère ombilicale ;
  3. canal de l'ouraque ;
  4. aorte abdominale.

Les différents vestiges du cordon ombilical sont contenus dans la gelée de Wharton. Lors du vêlage, les différents éléments du cordon sont étirés et s'atrophient par la suite.
Les différents vestiges ombilicaux, externes ou internes peuvent s'infecter.

Omphalite

L'omphalite est une infection de la partie externe du cordon ombilicale. Elle se produit dans un tiers des cas des infections du cordon.

Omphalophlébite

Lors d'omphalophlébite, la veine ombilicale est infectée dans son trajet abdominal. Si l'infection n'affecte pas entièrement la veine ombilicale, son exérèse chirurgicale est possible. Mais la veine ombilicale peut aussi être infectée sur toute sa longueur, jusqu'à son entrée dans le foie.

Omphaloartérite

L'omphaloartérite est une affection touchant une ou les deux artères ombilicales. Les artères ombilicales sont rarement les seuls vestiges ombilicaux infectés chez le veau.

Hernie ombilicale

Une hernie ombilicale simple provoque l'invagination de l'omentum le plus souvent. Plus rarement des organes digestifs comme la caillette ou les intestins sont présents dans le sac herniaire. Les hernies ombilicales étranglées sont donc rares chez les bovins. La hernie se caractérise par la présence en région ombilicale d'une masse réductible non douloureuse.

Chirurgies du nombril

Chirurgie de l'arcure-bouleture

Chirurgie de l'arcure-bouleture
L'arcure-bouleture est une déformation des membres. On distingue différents grades (de 1 à 3) qui peuvent nécessiter une intervention chirurgicale.

Amputation de l'onglon

Lors de pathologies d'onglon avec complication il est parfois nécessaire d'amputer l'onglon concerné (ulcères de la sole fistulisés avec nécrose, arthrite septique de l'articulation distale, ...).

Après nettoyage et rasage du site opératoire, un garrot est mis en place. Une anesthésie locale peut être pratiquée (anesthésie veineuse rétrograde). L'onglon est ensuite retiré à l'aide d'une scie-fil et les vaisseaux ligaturés. Un pansement compressif est mis en place.

La réussite de la chirurgie est fortement tributaire des soins postopératoires apportés à la vache. Il faut renouveler le pansement et nettoyer la plaie tous les 3 jours jusqu'à ce que le moignon osseux ne soit plus visible.

L'amputation de l'onglon

Chirurgie de la mamelle et du trayon

Chez la vache, 90% des lésions du trayon se produisent lors du décubitus des animaux. Dans la plupart des cas, elles sont provoquées par les animaux eux-mêmes lors du relevés. Certaines blessures sont provoquées par des corps étrangers dans la litière, d'autres résultent du déplacement des animaux : animaux sautant une clôture avec des barbelés, coup de pied, coup de corne, déchirure par les ronces.

La gravité des lésions du trayon est fonction de leur étendue et de leur profondeur avec ou non solution de continuité.

Chirurgie du trayon
Le succès de la chirurgie dépend de :


Le succès sera d'autant plus incertain que la lésion sera proche de l'extrémité inférieure du trayon. En général, la guérison est très aléatoire si le sphincter est touché. Les blessures transversales guérissent moins bien que les blessures longitudinales. Les plaies linéaires cicatrisent plus facilement que les plaies irrégulières. La rapidité d'intervention conditionne aussi les succès chirurgicaux. La réparation chirurgicale immédiate (12h) permet au mieux de conserver les lambeaux sur les plaies irrégulières. Au-delà des 12h, l'inflammation locale fragilise les tissus.
Les qualités de l'éleveur sont aussi des facteurs importants à prendre en compte, car elles conditionnent les soins fréquents et attentifs nécessaires à une bonne cicatrisation de la plaie. Dans certains cas, on peut vous proposer une amputation du trayon.

Chirurgie du trayon
Le succès de la chirurgie dépend des soins attentifs apportés à la vache.

Gestion post-operatoire du trayon

J0, J3 et J6 : Injection ocytocine, sonder le trayon pour vider le quartier, antibiotique intramammaire, mise en place d’une mèche en cire et pansement.
J1, J2, J4, J5, J7, J8 : Ne traire que les 3 quartiers sains, ne pas toucher au trayon malade
A partir de J9 : Traire les 4 quartiers

Soins post-operatoires

Chirurgie du trayon



Voir aussi :